Que de l’action dans l’air

avril 1st, 2014

Monsieur Musclor
Cinq titres de M. Univers nous rappellent que le colossal Arnold, d’origine autrichienne, fut d’abord un champion international de culturisme avant de devenir un comédien à part entière et même une star mondialement connue. Des débuts prometteurs dans « Stay hungry » de Bob Rafelson, en 1976 (CBS-Fox), et un premier succès avec le film-document « Arnold le magnifique », (VIP) lui ouvrent les portes du 7′ art. Read the rest of this entry »

Mel Gibson et son talent d’acteur

avril 1st, 2014

Son regard bleu acier fait frémir les donzelles depuis le raz de marée des « Mad Max » (tous chez Warner) et la révélation d’un cinéma australien trop longtemps négligé. Si ce rôle de justicier du futur colle encore à la peau de Mel Gibson, celui-ci cherche, depuis quelques années, à varier les plaisirs. Read the rest of this entry »

Du plaisir et de l’humour au rendez-vous

avril 1st, 2014

JACKIE CHAN
Le chinois bondissant
Ses films font le bonheur de nombreux vidéophiles qui ont trouvé dans ce Chinois de Hong-Kong un digne successeur, dans un genre plus comique, au légendaire Bruce Lee. Read the rest of this entry »

En avant avec Richard Berry en protée

avril 1st, 2014

Profession caméléon
Depuis le sacre aux Césars de « La balance » signé Bob Swaim (René Chateau), il balade son physique de jeune premier pur et dur dans le cinoche français en passant, avec une grande dextérité, d’un rôle à l’autre. C’est en aventurier amateur, parti dans l’enfer de la jungle guyanaise pour retrouver son père disparu, que l’on découvre cette fois Richard Berry dans « Cayenne Palace)) (UGC) réalisé par Alain Maline. Read the rest of this entry »

La simulation dans tous ses états

avril 1st, 2014

La tourelle du char pivote sur elle-même doucement. Lorsque son canon est face à la maison nichée en haut d’une colline 800 mètres plus loin, elle s’arrête. Au bout de quelques secondes, un bruit terrible déchire le silence. A la place de la bâtisse, il ne reste plus qu’un amas de pierres et de la fumée. Aux commandes de son Mirage 2000, le lieutenant Dubosc s’apprête à faire une looping, un simple exercice de routine. Au moment où il amorce son mouvement, quelque chose lui paraît anormale : un des réacteurs a une défaillance. Vite il faut s’éjecter. Mais c’est déjà trop tard, le sol se rapproche à une vitesse vertigineuse. Read the rest of this entry »

Les débuts de carrière de Rob Lowe

avril 1st, 2014

Branle-bas de combat dans le jardin intérieur d’un grand palace parisien : un photographe y mitraille Rob Lowe qui se plie docilement à cette tâche lorsque surgit un maître d’hôtel, lèvres pincées et condescendance de circonstance. « Les clients du restaurant attenant au jardin sont gênés par les flashes », lâche le quidam visiblement très soucieux d’assurer une digestion tranquille à ses ouailles. La séance photo impromptue est alors expédiée en moins de temps qu’il ne faut pour dire « cheese » et Rob Lowe en profite pour rejoindre à déjeuner son copain Michael Jackson dans un palace voisin. De passage à Paris pour assurer la promotion de « Masquerade », son nouveau film, l’acteur est d’abord soulagé de s’entendre poser des questions sur sa jeune carrière plutôt que sur ses idylles passées et présentes. Read the rest of this entry »

Les grandes aventures de Chuck Jones

avril 1st, 2014

Chuck Jones, ses cartoons font un carton
Chuck Jones. Un nom qui apparaît au générique de plus de 300 dessins animés. Bugs Bunny, Daffy Duck, Porty, Chadie, Bip-Bip et bien d’autres. Leurs aventures sont entrées dans l’histoire. A tel point que Warner vient de les regrouper dans cinq cassettes disponibles à la vente. Pour nous, Chuck Jones se souvient… Read the rest of this entry »

Les débuts difficiles de Peter Jackson avec Bad taste

avril 1st, 2014

Peter Jackson, l’homme à la caméra gore

Rien ne destinait Peter Jackson à une carrière cinématographique. Rien, si ce n’est une passion dévorante (c’est le mot juste !) pour l’horreur et le fantastique. Son film « Bad taste » (prix gore au Festival du Rex) est, comme son nom l’indique, de très mauvais goût et d’un rare dégoût. Il faut avoir l’estomac bien accroché ! Loin d’être un chef-d’œuvre, ce film est néanmoins passionnant par son histoire, la durée de son tournage, son budget modique et surtout le grain de folie de son réalisateur. Read the rest of this entry »